Déjà presque 20 ans …

Au cours de voyages privés en Afrique, le Lt Colonel Guy Overlack (ER) remarqua que les anciens militaires africains ayant servi sous le drapeau français lors des conflits du 20ème siècle, vivaient avec leur famille dans la plus grande précarité, leurs retraites et pensions ayant été cristallisées par la France lors de l’accession à l’indépendance de leur pays respectifs au début des années 1960. Il proposa à l’UNC France de créer un réseau de dispensaires pour leur permettre ainsi qu’à leurs familles, d’accéder aux soins médicaux. 

Ainsi fut créé, en France, un réseau de solidarité totalement bénévole parmi les adhérents de l’UNC de nombreuses régions de France : La Normandie, le Nord, l’Est, le l’Ouest, le Sud Ouest, la Côte d’Azur, la Région parisienne…. Des ramassages importants de médicaments non utilisés rendus par les usagers aux pharmaciens, triés avant l’envoi, du matériel médical et du matériel pour handicapés récupérés, le tout ayant été expédié vers les dispensaires d’Afrique avec l’aide des moyens logistiques du Ministère de la Défense. Dans chacun des pays africains concernés, des dispensaires ont été créés avec l’aide des autorités locales et la participation de médecins et d’infirmiers qui assurent, eux aussi, des prestations bénévoles. Parfois, lorsque cela peut se faire, des médecins militaires français en séjour en Afrique assurent des permanences dans les dispensaires. 

Actuellement, voici le réseau africain des unités médicales qui sont approvisionnées par les bénévoles de l’UNC France : 

  • Burkina Faso : Ouagadougou, Tenkodogo, Ouahigouya 
  • Congo : Brazzaville 
  • Côte d’Ivoire : Abidjan 
  • Gabon : Libreville 
  • Mali : Bamako, Mopti/Sévaré 
  • Niger : Niamey 
  • Sénégal : Dakar, Saint Louis, Tambacounda, Thiès 
  • Togo : Lomé 

Au fil des années, lorsque cela a été possible, furent également installés des Centre de détection de la cécité, des cabinets dentaires, de radiologie, des échographes, différents matériels médicaux, des unités de climatisation pour protéger ces matériels et conserver les médicaments. Mais toujours en s’assurant préalablement que les sites proposés par nos amis africains pouvaient recevoir ces installations et que les personnels médicaux adaptés pouvaient en assurer le fonctionnement. Des missions de volontaires de l’UNC se rendent régulièrement, à leurs frais, dans ces pays pour s’assurer du bon fonctionnement de ces unités médicales et assurer un lien fraternel avec nos anciens frères d’armes. Enfin, des ambulances médicalisées, des lits d’hospitalisation, de nombreux fauteuils pour handicapés et des lots de cannes sont très régulièrement expédiés. 

Il existe aussi un jumelage entre un établissement scolaire de Normandie et l’Ecole fondée par les Anciens Combattants de Dakar au lendemain de la seconde guerre mondiale. Cela a permis sa rénovation matérielle et pédagogique. Et l’UNC des Hauts de Seine a pu créer au Sénégal des Centres et Ecoles de couture en expédiant des dizaines de machines à coudre permettant notamment aux jeunes filles désoeuvrées d’apprendre un métier. Et la dernière initiative de l’UNC est la mise en formation en France, dans un Etablissement technique spécialisé, de deux jeunes Sénégalais de bon niveau scolaire qui sortiront en 2008 avec un diplôme d’opticien. Ils pourront ainsi ouvrir au Centre médical de Thiès un atelier de fabrication de lunettes. Et l’UNC des Hauts de Seine tient à participer à cette opération en fournissant des lunettes d’enfants qui seront ajustées sur place. C’est pourquoi nous avons pensé vous solliciter.